Login / Register
0
Search

Marianne Zutter Interview

Marianne Zutter Secrétaire indépendante – Secrétaire du Career Women’s Forum
depuis le 1er septembre 1997

A 40 ans, après plusieurs années d’enseignement primaire et d’éducation spécialisée avec des jeunes adultes handicapés, Marianne a ressenti le besoin de travailler avec des adultes. Elle a été secrétaire chez une avocate puis secrétaire générale d’une as-sociation de jeunesse – l’équivalent du CLAFG pour les associations de jeunesse. C’est cette connaissance du monde associatif qui lui a ouvert les portes du Career Women’s Forum, lorsqu’elle a cherché un travail qui lui permettrait de préparer une licence en Sciences et histoire des religions à l’université de Lausanne.

Qui est Marianne Zutter en trois mots?
Loyale, persévérante, confiante

Qu’est-ce que vous feriez différem-ment si vous pouviez retourner dans le passé?
J’avais presque 40 ans quand j’ai osé faire de la danse et découvert que j’avais le sens du rythme et que j’aimais danser. Je commencerais plus tôt et j’en ferais mon métier, en l’enseignant.

Quel est votre conseil à une nouvel-le génération d’étudiantes sortant de l’université?
Acquérir le plus tôt possible une bon-ne connaissance d’elles-mêmes et développer les compétences qui leur correspondent.

Quelle capacité aimeriez-vous bien posséder?
J’aimerais avoir plus de légèreté dans ma manière d’aborder les choses. Je prends tout au sérieux et mettre les choses à distance est quelque chose que je dois faire consciemment. Si cela pouvait être plus spontané, ce serait bien…

Avez-vous un don ou une capacité particulière?
J’aime la diversité sous toutes ses formes: diversité de personnalités, d’idées, de cultures, d’activités, etc., et je m’adapte très facilement. Au premier changement de comité du CWF,
j’ai été déstabilisée parce que je ne m’attendais pas à une telle différence de fonctionnement, mais j’ai rapide-ment apprécié et accompagné ces changements avec plaisir.

Quel livre ou quel hobby suggére-riez-vous qu’on lise ou pratique? et pourquoi?
«L’Evangile de Marie » de Jean-Yves Leloup. C’est une traduction et un commentaire d’un évangile apo-cryphe attribué à Marie de Magdala, Marie-Madeleine dans la tradition chrétienne. Dans ce texte, Jésus s’adresse à elle comme à un disciple et lui confie un enseignement spirituel secret, différent de celui transmis aux disciples hommes. Après la mort de Jésus, elle partage cet enseignement avec les disciples et se trouve confrontée à leur scepticisme. Quand j’ai lu ce texte pour la première fois, j’ai pleuré « comme une Madeleine » c’est le cas de dire… j’ai toujours trouvé que la plus grande injustice faite aux femmes, celle dont décou-lent toutes les autres, est la non-reconnaissance de notre égalité d’être humain sur le plan spirituel.

Y a-t-il quelque chose que vous ai-meriez bien suggérer, changer et/ou améliorer au CWF?
Réussir à garder en son sein les membres de la première heure et les générations qui se succèdent, de manière à garder vivante la trame des combats des femmes, avec leurs spécificités et leurs points communs.

Que représente le CWF pour vous qui y travaillez?
Pour moi qui suis impliquée dans tout ce qui se passe sans être le moteur, le CWF est un «magnifique outil». Les personnes qui choisissent de s’y investir y trouvent les compétences humaines et les moyens financiers qui leur permettent de réaliser les projets qui leur tiennent à coeur. Cha-que nouveau comité peut ainsi s’appuyer sur les bases posées par les comités précédents et ajouter «sa pierre à l’édifice» ce qui permet au CWF de rester vivant et attractif pour ses membres et pour les fem-mes intéressées par sa mission.

Un message final ?
De tout coeur, MERCI! Je dois beau-coup au CWF… je ne me considère pas comme une femme de carrière, mais les questions relatives à la re-connaissance des femmes à tous les niveaux et dans tous les domaines m’ont toujours beaucoup touchée. Dans le cadre du CWF, j’ai la chance de travailler aux côtés de femmes généreuses et intéressantes sur des projets très variés, portés par l’énergie positive de groupes qui donnent le meilleur d’eux-mêmes pour atteindre un but qu’ils ont choisi. J’y ai aussi trouvé d’autres mandats qui m’ont permis de gagner ma vie de manière discrète mais indépendan-te… alors encore une fois : merci!

August2016_Marianne_Zutter

Back to top