Login / Register
0
Search

Hertha Baumann Interview

Hertha Baumann,  Head of Communications, REYL & Cie


Extravertie avec plus de 20 ans d’expérience dans le monde de la communication, Hertha a d’abord suivi une formation de « maître d’éducation physique » à l’Université de Lausanne. Après avoir enseigné, elle a ensuite bifurqué vers sa passion qui est la communication et suivi la voie de « learning by doing », que ce soit en agence de communication, études de marché, marketing direct puis enfin communication globale. Hertha a validé ses connaissances et son expérience avec un Brevet Fédéral de spécialiste en Relations Publique et une formation de «Management & Kommunikation» à l’Université de Saint-Gall. Aujourd’hui, elle est Head of Communications de la banque REYL qui est présente à Genève, Zurich, Lugano, Luxembourg, Londres, Malte, Dubai, Singapour et Dallas.

Qui est Hertha Baumann en 3 mots?
Extravertie, curieuse, aimant les gens

Qu’est-ce que vous feriez différemment si vous pouviez retourner dans le passé ?
Faire encore plus la fête tant qu’on peut!

Quel est votre conseil à une nouvelle génération d’étudiantes sortant de l’université ?
Saisir chaque opportunité de cotoyer des personnes actives afin d’échan-ger avec elles et comprendre les attentes du monde du travail : que ce soit lors de séminaires, d’événe-ments ou même de soirées avec les amis des parents !

Quelle capacité aimeriez-vous bien posséder?
Des capacités d’oratrice.

Avez-vous un don ou une capacité particulière?
J’ai le contact facile avec tout le monde, quel que soit le milieu professionnel ou social et principalement avec les personnes de ma génération ou plus âgées.

Quelle est votre perception du réseautage?
Le networking est une manière d’apprendre et de s’enrichir au contact des autres, de leurs expériences, de leurs conseils.
Je suis comme une éponge : il y a tellement de personnes intéressantes qui sont prêtes et heureuses de partager.

Y a-t-il quelque chose que vous aimeriez bien suggérer, changer et/ou améliorer au CWF?
La constance dans le changement: ayant fait partie d’un Comité, je suis heureuse de voir que le nouveau Comité travaille différemment – cela correspond à une nouvelle évolution et amène d’autres horizons que ceux dans lesquels nous évoluions. Il y a des initiatives qui existent en parallèle au CWF et il pourrait peut-être y avoir des synergies : je pense tout spécifiquement à un programme « Women on Board » organisé par l’Université de Genève.

Quel livre ou quel hobby suggéreriez-vous qu’on lise ou pratique? et pourquoi?
Mon hobby est l’équitation que je pratique trop peu. Ici, je voudrais partager deux merveilleux moments de lecture : «L’élégance du hérisson» de Muriel Barbery et «En attendant Bojangles» de Olivier Bourdeaut.

Selon vous, quels sont les oppor- tunités ou challenges pour le CWF ?
Le réseau du CWF est composé de personnes magnifiques, compétentes et heureuses d’échanger et de s’entre-aider. Le réseau pourrait être plus et mieux utilisé par ses membres pour les membres. Via notre réseau, nous avons une importante plateforme à disposition et nous devrions en faire profiter les membres en transition de carrière. Je pense tout particulièrement à notre groupe fermé Linkedin.

Un message final?
Merci à Christine Gilliéron, ancienne membre du Comité qui m’a fait découvrir le CWF. Merci aussi aux membres de l’ancien Comité (dont fait naturellement partie notre chère Marianne) avec qui j’ai partagé de très intéressants et magnifiques moments. Le CWF a créé des amitiés et m’a ouvert les yeux sur le fait qu’il faut saisir les opportunités de se profiler et ainsi oser « entrer dans la lumière ». Osons donner la préférence aux femmes. YES WE CAN !…YES, I CAN!

Back to top