Login / Register
0
Search

Corinne Charbonnel, Astrophysicienne, Professeure à l’Université de Genève

Corinne Charbonnel – Astrophysicienne, Professeure à l’Université de Genève

Qui êtes-vous en quelques mots ?

Corinne Charbonnel, scientifique, astrophysicienne, militante pour les droits des femmes, en rébellion pour le climat. Une femme engagée, mère, fille, épouse.

Quels sont les ingrédients de votre réussite ?

Passion, pugnacité, insatiable curiosité, le goût du débat, du partage et de la transmission. Et surtout, de formidables étudiant.e.s, des collaborateurs et collaboratrices aux quatre coins du monde qui partagent les mêmes valeurs scientifiques et la même vision de la vie, et une famille aimante.

Que feriez-vous différemment ?

Je me suis trompée en pensant que je pouvais lutter efficacement contre l’injustice et les inégalités dans le milieu académique sans prendre de responsabilités managériales. Au-delà de mon engagement dans le mentorat, j’aurais pu faire bouger les lignes plus rapidement en acceptant certains postes décisionnels qui m’ont été proposés.

J’essaie aujourd’hui d’apporter ma contribution scientifique militante pour la défense de l’environnement et la lutte contre le réchauffement climatique. La voix des scientifiques est indispensable pour l’éveil des consciences, cruciale pour la prise de décisions politiques d’ampleur, et fondamentale pour les combats éclairés vers une société juste. Nous devons la faire entendre.

Quel est le meilleur conseil reçu ou celui que vous donneriez ?

Si vous ne pouvez pas entrer par la porte, glissez-vous par la fenêtre.

Comment le mot Génération résonne chez vous, qu’évoque-t-il ?

Ce que je trouve exécrable dans ce mot, ce sont les biais insidieux et les a priori qu’il véhicule, les frontières qu’il induit en justifiant un ordre des choses paternaliste. En nous catégorisant, à la manière des algorithmes qui orientent les profils sur les réseaux sociaux, il mine potentiellement notre aptitude à l’empathie et à l’échange avec ceux qui ne sont pas dans la même bulle artificielle dans laquelle il nous classe. Or, à la manière d’un ensemble de télescopes qui observe les astres à différentes longueurs d’ondes pour en déterminer la nature, chacun.e d’entre nous, quelque soit son origine, son âge, son parcours, entend la rumeur du monde avec ses propres capteurs et retransmet à la communauté les informations interprétées par sa propre personnalité. Notre force ne peut venir que de la prise en compte de toutes ces données dans notre propre logiciel, comme nous le faisons des observations avec différents télescopes.

Quel est le changement le plus important pour les femmes de ces 40 dernières années ?

Il serait facile de répondre si les changements emblématiques que nous avons tout.e.s en tête, et qui ne sont en fait que la déconstruction d’injustices, profitaient à toutes les femmes de toutes conditions par le monde, ce qui n’est de toute évidence pas le cas. D’ailleurs, beaucoup d’acquis fondamentaux sont actuellement remis en question, même dans ce que nous estim(i)ons être des démocraties. Or je considère que sans égalité universelle, droit fondamental pour les femmes et les hommes, il n’y a pas de justice, et que sans justice, il n’y a pas de progrès.

Quel est selon vous le changement plus important que reste à opérer pour la progression professionnelle des femmes ?

Toutes et tous, femmes et hommes, devons adopter un mode opérationnel formaté afin d’évoluer dans un système productif et compétitif. Cet effort d’adaptation est d’autant plus pernicieux qu’il nous ampute de certains pans de notre personnalité. Est-ce vraiment un progrès si les femmes acceptent d’évoluer dans ce cadre ? Ce système est-il vraiment celui que nous souhaitons léguer à nos enfants ? Ne pouvons-nous pas changer de paradigme ? Un premier pas en ce sens serait la mise en place du revenu universel de subsistance, sans condition, pour laisser à chacun.e la possibilité de suivre sa voie, se former, étudier, inventer.

Comment les femmes de toutes les générations peuvent-elles tirer parti les unes des autres ?

En se parlant, en partageant. Je suis mentore pour les femmes de la relève académique depuis presque 10 ans, mandatée par le Rectorat dans le cadre de programmes du Service Egalité et Diversité de l’UniGe. Tous les échanges que j’ai eus avec mes mentées aux personnalités et aux parcours si variés m’ont construite en me fournissant l’oxygène de la diversité.

Quel est le message que vous aimeriez partager à travers les générations

Le progrès viendra de l’égalité et de la mise en commun respectueuse de nos différences.

 

 

Back to top